Juan Díaz-Andreu: “Les startups et les entrepreneurs ne doivent pas résoudre des besoins personnels, mais des besoins professionnels”

Juan Díaz Andreu

Impulsa Startups / María Sánchez Condado


0

Le professeur d'école de commerce et investisseur en startups Juan Díaz-Andreu donne son avis sur la création de startups aux îles Canaries. Selon l'entrepreneur, l'archipel pourrait devenir une petite Silicon Valley, car il dispose d'un bon HUB pour le développement technologique.

Question: Qu'est-ce que vous mettriez le plus en valeur dans votre profil ?

Réponse: Bien que dans mon activité principale, je travaille en tant que “chasseur de têtes” dans la société internationale Alexander Hughes, en tant qu'investisseur dans des startups, je m'intéresse aux projets à vocation internationale et aux questions technologiques, je suis un “chasseur de tendances”.

P: Avez-vous une expérience de l'incubation universitaire ?

R: Je collabore depuis de nombreuses années avec des initiatives similaires à l'IE Business School (www.ie.edu) et à l'université CUNEF (www.cunef.edu ). Donc, oui. De plus, c'est une activité que j'aime beaucoup.

P: Quels conseils donneriez-vous à une personne sortant de l'université avant de créer une start-up ?

R: Je pense qu'il est bon qu'après avoir obtenu leur diplôme, ils travaillent dans une autre startup ou dans une grande entreprise où ils apprennent beaucoup sur un secteur et, idéalement, ont un bon patron pour qu'ils puissent apprendre les processus, les méthodologies de travail et comment gérer les clients et les équipes, ce qui est vraiment la chose la plus difficile dans toute entreprise : attirer les talents et les garder, pas les retenir, qui est un mot que les gens utilisent beaucoup, il faut faire tomber les gens amoureux, pas les retenir.

P: Étant donné qu'il est de plus en plus difficile de trouver un emploi en Espagne, surtout pour les jeunes, pensez-vous que c'est une erreur de créer une entreprise par nécessité ?

R: C'est toujours une option possible, mais il faut être conscient des sacrifices personnels et économiques qu'elle implique. La création d'une entreprise ne doit pas répondre à un besoin personnel, mais plutôt à un besoin commercial.

P: Avant de créer une start-up, faites-vous une validation préalable ?

R: La validation la plus importante est que le service ou le produit résout un besoin qui existe sur le marché et que, idéalement, l'équipe est capable de faire pivoter cette idée jusqu'à ce qu'elle atteigne l'exécution appropriée, pour laquelle je recommande l'utilisation du modèle Canvas.

P: Avez-vous eu une expérience dans le domaine des startups dans le cadre de votre formation professionnelle ?

R: J'enseigne depuis 22 ans dans des écoles de commerce et des universités, j'ai peu de contacts avec la formation professionnelle traditionnelle, mais il est clair que tous les types de formation, qu'il s'agisse de formations de premier cycle, de troisième cycle ou de formation professionnelle, peuvent fournir la base pour que quiconque puisse créer sa propre entreprise.

P: Que pensez-vous des équipes internationales mixtes d'entrepreneurs ?

R: Étant donné que pour qu'une entreprise réussisse, le modèle commercial doit être évolutif, il est toujours nécessaire de penser à un développement futur sur d'autres marchés que l'Espagne. Normalement, les entrepreneurs espagnols pensent à l'Amérique latine ou à l'Europe et, par conséquent, il est très positif d'avoir des membres de l'équipe qui connaissent ces marchés.

P: Quelle expérience avez-vous eu avec des startups en Amérique latine, ou avec des startups espagnoles sur les marchés d'Amérique latine ?

R: J'ai investi dans des startups dont le marché primaire est l'Europe, mais dont le marché secondaire est l'Amérique latine. Il faut garder à l'esprit que la dénomination de l'Amérique latine comme marché unique est très relative en raison de sa taille, de sa dispersion et de ses différences économiques, sociales et culturelles. Même si nous pensons parler l'espagnol et le portugais, nous communiquons en réalité de manière très différente entre les nombreux pays qui composent la région. Il est nécessaire de prendre en compte toutes ces différences et de ne pas traiter l'Ibéro-Amérique comme un seul bloc monolithique, car il existe de “nombreuses” Ibéro-Amériques.

P: Avez-vous déjà eu une expérience avec des startups dans les îles Canaries ?

R: Je connais assez bien les îles Canaries et j'ai de bons contacts avec des entrepreneurs et des hommes d'affaires locaux à Gran Canaria, comme les frères Verge avec qui j'ai été en contact récemment, ainsi qu'à Tenerife et Lanzarote.

Je pense que les îles pourraient constituer un pôle de développement pertinent pour l'entrepreneuriat en Espagne.

P: Quel potentiel voyez-vous dans une région comme les Canaries et une île comme La Palma ?

R: Je ne connais pas La Palma, mais il est clair pour moi que les îles Canaries pourraient être un bon HUB pour le développement technologique, car elles pourraient attirer de nombreux jeunes de toute l'Europe et d'Amérique latine. Ces jeunes pourraient avoir un excellent équilibre professionnel et personnel grâce au climat et à la qualité de vie.

Un défi à relever pour cette possibilité est la dispersion des îles et des centres universitaires, car la formation est la source du talent et constitue la base de toute entreprise. Les îles Canaries pourraient être une magnifique base de “Nearshoring” qui empêcherait les entreprises européennes d'emmener leurs centres de développement dans des géographies lointaines selon le modèle de “Offshoring”. Au lieu de les emmener en Inde ou dans d'autres géographies économiquement très intéressantes, de nombreux jeunes pourraient travailler aux îles Canaries, en voyant quel type d'aide fiscale et entrepreneuriale on pourrait leur apporter. Il est clair qu'une petite Silicon Valley pourrait s'installer dans l'archipel.

P: Pensez-vous qu'il y a une tendance à investir dans les start-ups à un stade de plus en plus précoce et comment vous positionnez-vous personnellement par rapport à ces étapes ?

R: Les investisseurs ont des profils de risque différents : certains préfèrent entrer dans la phase de démarrage (capital d'amorçage) avec un risque élevé et d'autres préfèrent les scaleups ou les entreprises matures, même si le volume d'investissement est plus élevé, le risque est plus faible.

P: Qu'est-ce qu'une startup doit avoir réalisé avant de commencer à chercher des investissements au stade de l'idéation ou au stade pré-SEED ?

R: Bien que cela puisse paraître paradoxal, il n'est généralement pas possible de se présenter à un tour de financement avec une idée ou même un plan d'affaires. Dans la plupart des cas, les investisseurs veulent que l'entreprise démontre sa capacité à développer une base de clients, à facturer et à encaisser et, idéalement, à avoir un EBITDA positif.

P: Existe-t-il une formule pour évaluer l'investissement d'une startup qui n'a pas de ventes consolidées ?

R: Je pense qu'il s'agit d'un défi très difficile à relever, la seule chose à laquelle je peux penser est qu'un investisseur pourrait évaluer un actif incorporel tel qu'un brevet. Sinon, normalement, comme je l'ai déjà dit, cela vient des clients, du chiffre d'affaires, des recouvrements et d'un EBITDA positif.

P: Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui souhaite commencer à investir dans des startups en phase de démarrage ?

R: Je pense qu'il est essentiel de bien connaître l'équipe et de comprendre ses capacités et ses points à améliorer, une bonne équipe sera toujours capable d'améliorer une idée médiocre. Une équipe médiocre peut éventuellement gâcher une idée brillante.

Etiquetas

Descubre nuestras apps

stats